offres d'emploi formations actualités contact accès annuaire intranet
Séminaires >

Vers un laboratoire virtuel pour l’évaluation des composants ERTMS

Patrick Sondi - IFSTTAR - Villeneuve d’ascq

jeudi 21 mars 2013 à 14h00

amphi C002 - Copie des transparents


Le système européen de gestion de trafic ferroviaire (ERTMS) a été adopté afin d’harmoniser les systèmes des différents Etats et accroître leur interopérabilité. Les technologies mises en oeuvre dans l’ERTMS, notamment pour la localisation, la signalisation et le contrôle des trains ont permis d’accroître la sûreté des infrastructures ferroviaires et leur productivité. Combinés à l’ouverture de nouvelles lignes entre les villes européennes, y compris pour le transport de marchandises, ces mécanismes ont conduit à une forte augmentation du trafic ferroviaire, et par conséquent à une forte réduction de la disponibilité des voies à des fins de tests.

Les équipements destinés aux voies et aux trains ERTMS sont soumis à de nombreux tests avant d’être certifiés et autorisés. Quatre années de tests sur voies ont été, par exemple, nécessaires pour passer du système de signalisation basé sur le réseau téléphonique commuté au système actuel basé sur les réseaux cellulaires de type GSM. L’évolution rapide des technologies impliquées dans l’ERTMS place constamment les équipementiers face à des choix technologiques variés, mais la difficulté croissante d’opérer des tests sur voie et la lourdeur du processus de certification les poussent à abandonner certaines solutions sans même en avoir exploré le réel potentiel. Dans ce contexte, il est clair que le recours à des laboratoires virtuels basés sur la simulation et qui permettraient de modéliser et d’évaluer les différents composants ERTMS, est une solution de choix. La plupart des équipementiers disposent déjà d’outils propriétaires qui modélisent et simulent les équipements qu’ils produisent. Le principal problème est donc de proposer une architecture globale pour un laboratoire virtuel qui permette d’intégrer ces différents outils et de simuler l’ensemble des composants ERTMS. Ce problème pose quelques questions sous-jacentes d’importance, à savoir :

  • comment intégrer et synchroniser les outils existants, construits sur base de formalismes différents, et garantir la validité des résultats obtenus via le laboratoire virtuel ?
  • comment intégrer les outils dont les propriétaires ne souhaitent pas fournir les modèles, pour des raisons de confidentialité par exemple, y compris ceux dont ils n’acceptent l’exécution que depuis leurs propres machines ?
  • comment, à l’instar de l’initiative OpenETCS, inciter les concepteurs de modèles pour des composants ERTMS à implémenter une interface ouverte au laboratoire virtuel, afin que ce dernier devienne à terme un outil de certification ?

Durant ce séminaire, je présenterai les travaux que nous menons dans le cadre d’un projet ANR, VEGAS, pour aboutir à un laboratoire virtuel basé sur la co-simulation pour une évaluation conjointe des sous-systèmes fonctionnel et de télécommunication de l’ERTMS.