offres d'emploi formations actualités contact accès annuaire intranet
Séminaires >

Application de nouvelles transformées générées par les B-splines pour la compression d’images

Rania Boujelbene,
doctorante Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax : Département d’informatique et de mathématiques appliquées,
Laboratoire de recherche U2S : Unité de Recherche Signaux et Systèmes.

jeudi 10 novembre 2016 à 13h30

B014


La compression d’image fait l’objet de nombreuses études qui portent sur l’amélioration des algorithmes de codage ainsi que la mise au point de nouvelles techniques et formats de compression. Pour la compression d’images par ondelettes, de nombreux travaux ont été faits sur l’une des étapes de compression telles que la transformation, la quantification et le codage et le codage entropique. Pour le premier bloc, une étude sur les ondelettes existantes de type orthogonales a été faite. Ces ondelettes ne sont pas symétriques et introduisent des distorsions lors du changement de base. Pour combler ce manque, il s’agit d’étudier les ondelettes bi orthogonales et plus précisément la famille des B-splines. Ces fonctions polynomiales présentent en effet les qualités de symétrie recherchées ainsi que la compacité du support propice à des mises en œuvre économiques. L’application de ces fonctions de différents ordres dans la compression d’images a été pour l’instant relativement peu étudiée. La plupart des contributions sont limitées à quelques ordres de splines et elles sont concernées par l’utilisation des méthodes de convolutions pour le calcul de ces transformées biorthogonales.

Dans notre travail, nous proposons de nouvelles transformées biorthogonales générées par les B-splines et qui sont mises en oeuvre dans un mode de "lifting". Plus précisément, les splines polynomiales de différents ordres ont été utilisés pour le calcul des filtres de prédiction et de mise à jour utilisés dans le schéma de lifting. L’idée est d’étudier l’influence de l’ordre des filtres générés par les splines polynomiales pour converger vers une transformée optimale. Les résultats obtenus en termes de PSNR et taux de compression sont comparés d’une part par rapport aux résultats obtenus par la transformée biorthogonale B9/7 qui est fréquemment utilisée dans la compression d’image et d’autre part avec les autres transformées existantes qui sont basées sur les B-splines.